Le mot du Président du Conseil d'Administration

Paul De fauw

Une trajectoire d’investissements qui reste très ambitieuse

Luminus a poursuivi sa transformation tout au long de l’année. Acquisitions, constructions, rénovations ou reconversions... le développement des solutions/services énergétiques et des énergies renouvelables se poursuit. L’année a été marquée par l’indisponibilité inédite des centrales nucléaires belges, et la sollicitation accrue des centrales à gaz, mobilisées pour assurer la sécurité d’approvisionnement du pays.

Au titre de la transformation en cours chez Luminus, le Conseil d’Administration a eu le plaisir en 2018 d’approuver à nouveau plusieurs investissements importants pour l’avenir de l’entreprise :

  • la rénovation de la centrale hydro-électrique de Monsin, pour 27 millions d’euros ;
  • la création du consortium LuWa, avec Citelum, CFE et le fonds d’investis-sement DIF, qui va investir plus de 500 millions d’euros sur vingt ans, afin de mettre en place un système d’éclairage économe et intelligent sur les autoroutes wallonnes.

 

Le Conseil a également pu se féliciter de :

  • l’avancement de deux très importants chantiers éoliens, à Lierneux et Villers-le-Bouillet, soit plus de 60 MW approuvés en 2017 ;
  • l’acquisition de plusieurs sociétés en Flandre et en Wallonie, réalisées via deux filiales de Luminus, ATS et Dauvister.

 

C’est une contribution à la lutte contre le dérèglement climatique qui permet à Luminus de conserver son leadership dans un secteur très concurrentiel.

 

Un leadership que nous souhaitons conserver, avec un objectif très ambitieux, soit près de 300 MW à construire en quatre ans, pour atteindre 730 MW en 2022. Au total, Luminus a investi plus de 124,6 millions d’euros en 2018, dont 67% dans les énergies renouvelables.

"Au total, Luminus a investi plus de 124,6 millions d’euros en 2018, 

dont 67% dans les énergies renouvelables."

Remise sur le marché du cycle combiné de Seraing

 

L’évolution des prix sur les marchés de gros a conduit le Conseil d’Administration à approuver, le 29 mars 2018, la remise sur le marché du cycle combiné de Seraing,

à compter de novembre. Ce fut une décision difficile à prendre à l’époque car, en l’absence de mécanisme de soutien des capacités, les marges évaluées couvraient à peine les coûts fixes. Grâce aux efforts des équipes qui ont œuvré pour une remise en service anticipée, Seraing a pu contribuer à la sécurité d’approvisionnement du pays dès mi-octobre.

 

Je remercie également les équipes de Gand-Ham, qui ont permis la remise en service du cycle combiné fermé en 2017 -- un défi tant technique qu’humain.

 

Une année marquée par l’indisponibilité du nucléaire belge

 

L’indisponibilité d’un nombre record de centrales nucléaires belges durant une grande partie de l’année a eu deux effets sur les résultats :

  • une utilisation accrue des centrales à gaz à partir d’octobre, et une augmentation de la marge réalisée sur cette activité
  • une forte dégradation du résultat d’exploitation et du résultat net, du fait de l’absence de revenu issu des participations nucléaires de Luminus.

 

Notre déception sur le plan financier, du seul fait du nucléaire, ne doit pas masquer la performance opérationnelle de Luminus et de ses filiales, qui reste plus que satisfaisante. Grâce à la transformation commencée il y a plusieurs années et à la mobilisation de l’ensemble du personnel, les pertes liées au nucléaire ont pu

être partiellement compensées. L’entreprise est sur la bonne voie pour relever les dé fis de la transition énergétique.