Mesures compensatoires à Villers-le-Bouillet : premiers contrôles satisfaisants

Le permis autorisant la construction du parc de Villers-le-Bouillet était assorti de mesures compensatoires conséquentes, mises en place en 2018. L'asbl Faune & Biotopes a pu accompagner leur mise en oeuvre.

 

Au printemps 2018, cinq agriculteurs ont été accompagnés par l’asbl Faune & Biotopes pour la mise en place de mesures compensatoires sur 35,94 hectares, préalables à la construction du parc éolien de Villers-le-Bouillet IV. Celles-ci ont pour but de compenser l’effet du chantier et des nouvelles éoliennes sur l’avifaune locale.

 

Les mesures doivent permettre d’augmenter la quiétude, la disponibilité en nourriture et les zones refuges pour les oiseaux dans les plaines alentours. Plusieurs types de végétation ont ainsi été implantés : couvert enherbé à base de graminées et légumineuses ; couvert nourricier à base de céréales, complété par du radis fourrager et/ou de la vesce, des pois, etc.

 

Après une première visite effectuée durant l’été, l’asbl Faunes et Biotopes a contrôlé les mesures mises en place au sein de cette plaine le 18 décembre 2018. Les résultats de cette visite de contrôle se sont avérés satisfaisants. En effet, l’état des couverts était conforme aux cahiers des charges, avec une densité correcte et une quantité suffisante de graines disponibles pour l’hiver. 

Mesures compensatoires en prévision de la construction du parc de Villers-le-Bouillet 4 – ici, un bloc de 14 hectares, composé de couvert nourricier à base de radis fourrager et de céréales, entouré d’une bande enherbée.

Les mesures mises en place à Villers présentent une spécificité : les parcelles sont assez grandes, et en forme de blocs – une configuration différente des mesures couramment mises en place jusqu’ici.