Sécurité des installations : prévenir les risques industriels

Les faits marquants



Les enjeux

La production et la fourniture d’énergie représentent une activité clé du point de vue économique et social. Préserver l’intégrité et le bon fonctionnement des sites industriels comme administratifs de Luminus est donc essentiel. En cas d’accident industriel (rupture d’une conduite de gaz par exemple), les conséquences sur la santé du personnel, les riverains ou l’environnement peuvent être importantes.

 

NB : Luminus est propriétaire de 10,2% de quatre centrales nucléaires belges, mais n’a aucune responsabilité, directe ou indirecte, dans leur exploitation (cf. arrêtés royaux du 19 décembre 2000).

Les process

L'objectif de Luminus est d'éviter tout dommage sérieux sur les personnes ou l'environnement.

 

En complément des permis accordés par les autorités, tout nouveau site fait l’objet d’une analyse systématique des risques industriels, au cours de la phase de conception, lors de la mise en service, puis tous les cinq ans, ou lors des modifications effectuées sur tout ou partie de l’installation. L’évolution des risques tout au long de la vie du site doit en effet être contrôlée, tant du point de vue de l’installation même que des processus d’exploitation et de maintenance.

 

Les risques résiduels sont classés en fonction de leurs conséquences potentielles et de leur probabilité d’occurrence, en intégrant notamment :

  • les données fournies par le constructeur,
  • l’analyse des incidents ou presqu’accidents observés in situ, sur l’ensemble de la filière,
  • les études de risques complémentaires réalisées par des équipes multidisciplinaires de Luminus encadrées par des experts externes,
  • les retours d’expérience du secteur et des autorités.

 

L’avancement des actions prévues pour réduire les risques fait l’objet d’un reporting mensuel. La méthodologie utilisée fait référence pour l’obtention des certificats ISO 14001 et OHSAS 18001.

Les indicateurs

Luminus est tenu de rendre compte des incidents affectant ses installations auprès des autorités publiques. Tous les incidents susceptibles de causer un dommage, même mineur, à l’environnement, font l’objet d’une déclaration.

 

Aucun incident de nature environnementale n'a dû être déclaré en 2018.

A ce jour (au 31 décembre 2018), aucun incident grave n’a dû faire l’objet d’une déclaration par Luminus. 

Les faits marquants

Mise en place de bacs de rétention à Ampsin

Accident à la centrale d’Angleur : des dégâts matériels importants

Le 5 septembre 2018, l’une des deux unités en cycle ouvert de la centrale d’Angleur s’est arrêtée automatiquement, suite à un dysfonctionnement de la turbine aérodérivative, en raison de facteurs encore à établir avec certitude.

 

L’ouverture du caisson de la turbine accidentée a permis de constater les dégâts causés par l’éjection verticale d’une pièce métallique qui a traversé le capot. Les débris ont été contenus à l’intérieur du caisson (enceinte métallique de protection placée autour de la turbine).

 

Le fabricant de la turbine, aussitôt contacté, a recommandé l’arrêt préventif à court terme du deuxième cycle ouvert, mis en service comme le premier, en 2012, sur le site d’Angleur. Celui-ci a donc fait l’objet d’un arrêt préventif dès le 8 septembre. Une unité de remplacement a pu être installée en six semaines par le département Operations & Maintenance, avec l’aide du fabricant. 

 

L’unité accidentée a quant à elle été démontée pour être remplacée au plus tôt.

L'ensemble du caisson a été complètement réparé avec l'aide du fabricant. La remise en service a pu avoir lieu début décembre 2018.

Interruption de la production à Ivoz-Ramet suite à un incendie sur une cabine d’interconnexion

Le 17 septembre 2018, la production de la centrale hydro-électrique d’Ivoz-Ramet s’est interrompue, faute d’alimentation électrique, suite à un défaut majeur sur un poste d’interconnexion situé à environ un kilomètre de la centrale. Ce défaut a provoqué un incendie dans le poste amont, propriété du gestionnaire de réseau, qui est logé dans les bâtiments mêmes de la centrale.

 

La remise en état rapide du poste d’interconnexion par le gestionnaire du réseau de distribution, après deux semaines de travaux, a permis de minimiser la perte de production pour cette centrale de 9,9 MW, mise en service en 1954. Les équipements électriques de celle-ci ont fait l’objet de contrôles approfondis suite à cet incident.

Risque de blackout : nouveau briefing des équipes de crise

Le 22 octobre 2018, à l'approche de l'hiver, un briefing spécifique a été organisé au niveau des cadres dirigeants pour rappeler les procédures à suivre en cas de délestage ou de blackout. Toutes les procédures ont été revues département par département pour faire face à toute éventualité, compte tenu des tensions sur le marché de l'électricité.


En savoir plus sur...